Identité et stratégie

La stratégie de marque, ça sert à quoi ?

« L’essence de la stratégie est le choix d’accomplir ses activités d’une manière différente de celle de ses concurrents. M.Porter

Photo_strategie_identite

En communication, la phase stratégique s’assimile parfois à un brainstorming entre créatifs fous à lier ou à des discussions entre consultants qui se font plaisir. La stratégie est pourtant un travail primordial pour assurer une cohérence dans sa communication et construire son image de marque sur des bases solides. La stratégie est la colonne vertébrale de votre communication, sans elle, rien ne tient. Découvrez les étapes importantes qui maximisent vos actions de communication, tout en évitant de tomber dans le piège systématique du j’aime / j’aime pas.

ÉTAPE 1 – LA STRATÉGIE DE MARQUE

Plateforme, territoire et ADN de marque

Vous avez créé ou racheté une marque ? Tout comme un individu, votre marque dispose de traits de personnalité, de spécificités qui font ses différences et surtout d’un terrain de « je » sur lequel, elle est à l’aise pour s’exprimer. La première étape consiste à travailler ce que l’on appelle, une plateforme de marque. Cet outil de management interne permet de structurer la discussion, de guider la cohérence des actions de communication. En interrogeant des personnes qui côtoient la marque et ses produits au quotidien, on ressort ses grands traits de personnalité. On confronte ensuite les données à la réalité du terrain et aux clients qui la portent, pour construire son territoire de marque. Cet exercice vise à définir l’univers dans lequel la marque est considérée comme légitime au yeux de ses premiers clients. Le territoire de marque s’imprègne des résultats de l’histoire de marque et des actions de communications qui ont été menées.

Une fois ce travail terminé, vous aurez les idées plus claires pour dessiner sur quel territoire vous exprimer, avec quelles couleurs, quelles typographies, quelles images travailler et même, les partenaires vers lesquels vous orienter. La prise de hauteur vous fera gagner un temps précieux. Vous ferez taire également les voix les plus destructrices qui s’expriment avec l’argument subjectif du « j’aime ou j’aime pas ».

ÉTAPE 2 – LES AXES DE COMMUNICATION

Quels messages ? Quels enjeux ?

« Le message est un massage ». Pour que l’on comprenne vos atouts, il faut avant tout définir vos messages principaux. Véritables fil rouge, ils vont constituer le ciment de votre communication. Pour être assimilés, ils devront être courts et répétés.

Certaines marques le font très bien, par exemple, la marque Michel et Augustin, très habile pour nous faire mémoriser que son histoire débute par l’aventure de deux jeunes entrepreneurs créatifs qui proposent des recettes de biscuits originales et Made in France.

C’est tout un travail de positionnement de la marque face à son marché qui permet d’aiguiller la communication et par ricochet, toutes les créations qui prendront formes par la suite (logos, brochures publicitaires, création d’un stand, look d’un site internet).

ÉTAPE 3 – LE PLAN DE COMMUNICATION

Quoi ? Quand ? Pour qui ? Combien ?

Le plan de communication est une feuille de route, une ligne directrice qui détermine de façon détaillée, toutes les actions que vous allez mener, vos objectifs et votre budget. En général, le plan de communication se travaille sur l’exercice comptable de la société. C’est une étape importante qui maximise la pertinence de la communication, tout en permettant de mesurer son efficacité. Le plan de communication est un outil stratégique qui doit vous guider progressivement et intelligemment vers votre objectif. Il répond aux questions suivantes : Sur quels supports dois-je communiquer ? A qui ? A quel moment ? Combien cela va me coûter ? Et qu’est-ce que cela pourrait me rapporter ?

MES COMPÉTENCES EN STRATÉGIE

  1. Conception de plateforme et d’ADN de marque.

  2. Définition des axes stratégiques.

  3. Veille concurrentielle et sectorielle.

  4. Conception des messages.

  5. Création du plan de communication.

  6. Conception et optimisation du budget global.

  7. Définition et suivi des indicateurs de mesure et application de correctifs.